Clinique vétérinaire des Goëlettes - vétérinaire Saint Gilles-Croix de Vie 85800
Clinique vétérinaire
des Goëlettes

9, rue de Boisvinet, 85800 Saint Gilles-Croix de Vie


Tel : 02.51.55.03.29
lesgoelettes@wanadoo.fr

Horaires d'ouverture :
Du Lundi au Vendredi :
de 08h00 à 12h00 et de 14h00 à 19h00.
Le Samedi :
de 08h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00.

Consultations et chirurgies SUR RENDEZ-VOUS.
Urgences assurées 24H/24H.


Les vétérinaires

Marie-Claude Jeandot-Bordage


Docteur vétérinaire


>> Contacter par mail
Marie-Claude Jeandot-Bordage

Henry de Cara


Docteur vétérinaire


>> Contacter par mail
Henry de Cara

Julien Commun


Docteur vétérinaire


>> Contacter par mail
Julien Commun


Les auxiliaires :

Marie-Hélène Clisson


Auxillaire vétérinaire



Bernadette Geay


Auxillaire vétérinaire



Nadège Joly


Auxillaire vétérinaire



Anita Sorin


Technicienne de surface



Fiche info santé

Des inconvénients du vagabondage : les abcès chez le chat

 

Les abcès, s’ils ne sont en général pas trop graves, représentent néanmoins un motif de consultation fréquent et souvent récurrent chez les chats.

 

 

 

Qu’est-ce qu’un abcès ?

 

Un abcès est en fait une poche remplie de pus, souvent délimitée par une sorte de coque plus ou moins épaisse. Les abcès peuvent se trouver sur différents organes (poumons, foie, rate, etc...), mais nous n’aborderons ici que les abcès cutanés, c’est-à-dire de la peau. La plupart du temps, ils font suite à une morsure, une griffure, ou à tout autre traumatisme localisé qui crée ainsi une porte d’entrée pour les germes.

 

 

Comment se forme-t ’il ?

Au tout début, il y a donc un traumatisme (morsure, griffure, autre) qui permet à des germes de pénétrer à l’intérieur de la peau. Les germes rencontrés sur les griffes ou dans la bouche d’un chat sont nombreux et variés. Ils se multiplient dans la plaie, provoquant une réaction de défense immunitaire, avec inflammation, chaleur, douleur. Puis, de zone gonflée à douloureuse, l’abcès mûrit, avec accumulation de pus (débris de germes, de globules blancs, de plasma sanguin, de tissus nécrosés). La tension augmente : l’abcès est alors extrêmement douloureux, ce qui en général fait réagir le chat dès qu’on l’effleure dans cette zone. L’animal peut également être abattu, fiévreux, avec un appétit diminué. Si l’on ne consulte pas à ce stade, l’abcès continue à mûrir, et finit par percer : s’en écoule alors un mélange de liquide sanguinolent et purulent- parfois nauséabond -, que bien souvent le chat va lécher. Parallèlement, le chat se sent mieux. Si rien n’est fait, soit l’abcès finit par guérir, soit il se reforme, soit la plaie continue à suppurer, et la lésion traîne, voire s’étend...

 

 

Où trouve t’on le plus souvent les abcès ?

 

Chez les femelles ou les matous belliqueux et/ou téméraires, essentiellement sur l’avant du corps (joues, pattes avant, cou), puisque les blessures sont reçues lors des affrontements frontaux.

Les chats plus timides sont victimes de morsures ou de griffures lorsqu’ils s’enfuient, soit plutôt vers le bas du dos ou la base de la queue.

 

 

Que faire si l’on constate une « boule » douloureuse d’apparition rapide sur son chat ?

 

La première chose à faire est de prendre rapidement rendez-vous chez le vétérinaire, même si ce n’est pas une urgence vitale. Si la morsure est récente, avec un chat fiévreux, une zone enflée et douloureuse, et des petits trous visibles au milieu, l’administration d’antibiotiques et anti-inflammatoires suffit en général à enrayer le processus, et à éviter la formation d’un gros abcès.

Mais si l’abcès est déjà bien avancé, rempli de pus, une petite intervention chirurgicale s’impose : sous anesthésie générale, l’abcès sera incisé, vidé, rincé et/ou drainé. Selon les cas et les habitudes, la plaie sera laissée ouverte, ou partiellement refermée avec ou sans drain ou mèche. Le plus important est d’empêcher l’animal de se gratter, lécher, arracher des points éventuels, soit par un pansement, soit idéalement par une collerette. Un traitement antibiotique et anti-inflammatoire complémentaire sera instauré, à respecter scrupuleusement.

 

 

Quels risques pour des abcès à répétitions ?

 

Les morsures ou griffures à répétition favorisent les abcès, mais augmentent aussi le risque de transmission de certains virus, notamment celui de la leucose féline (FeLV) et du « Sida du Chat » (FIV).

Le pyothorax (accumulation de pus dans la plèvre, autour des poumons) peut être la conséquence de morsures à répétition.

 

 

Quelle prévention ?

 

L’idéal est d’empêcher le chat de se bagarrer ! Pas toujours facile, mais la première mesure plutôt efficace consiste à faire stériliser l’animal, qui aura moins tendance à fuguer et à se battre. Cela ne supprimera pas complètement le risque, mais le chat s’éloignera moins de la maison. Quant à maintenir les intrus éloignés du territoire de votre chat, le mieux est peut-être de prendre un chien !